Architects in Brussels - Qui sommes-nous ?

Les ambitions

Chaque jour les architectes font le constat que leur pratique professionnelle doit s’inscrire dans des compétences qui s’exercent au niveau régional – réglementations urbanistiques, prestations énergétiques, normes environnementales, etc.

Cette réalité imposait de toute évidence une restructuration du monde associatif afin que les architectes puissent faire résonner leur voix auprès du monde politique, de l’administration, du monde économique de leur région et qu’ils soient des partenaires privilégiés dans tous les débats qui portent sur les matières qui les concernent.

C'est ainsi que les associations professionnelles actives en Région de Bruxelles-Capitale, à l’instar de leurs homologues régionaux flamands (BVA – Bond van Vlaamse Architecten) et wallons (UWA – Union Wallonne des Architectes), ont uni leurs forces et donné corps à l’ARiB (ARchitects in Brussels) en cette année 2009.

Par ses statuts et la volonté de ses membres, l'ARiB s’est d’emblée voulue ouverte, multiculturelle et multilingue, afin de représenter un portail pour l’ensemble des architectes agissant en Région de Bruxelles-Capitale.

L’ARiB se veut également fédératrice des énergies émanant aussi bien des associations actives en Région de Bruxelles-Capitale que des architectes non-affiliés à l'une ou l'autre association, mais soucieux d’y défendre la pratique de l’architecture. Tant les associations que les architectes à titre individuel peuvent donc en devenir membres.

Inscrite dans la mouvance régionale et portée par le rayonnement international de la capitale européenne, elle veillera à donner un large écho aux préoccupations de ses membres, à assurer leur information, à soutenir leur formation, ainsi qu’à promouvoir leurs pratiques professionnelles.

Il va sans dire qu’à côté de ces défis « externes », l’ARiB répondra aux défis « internes » et se chargera de faire entendre la voix et les revendications des architectes auprès de l’Ordre.

De même, l’ARiB veillera à rappeler aux maîtres d’ouvrages toute l’importance des conditions nécessaires à la création d’un acte architectural et urbanistique de qualité et que celui-ci est d’intérêt public.

Les objectifs

Informer

Des ordonnances, de nouvelles réglementations, de nouvelles prescriptions voient très souvent le jour sans que les architectes ne soient informés de leur existence et donc conscientisés des répercussions que celles-ci ont en matière de prestations et de responsabilités.

Le premier de nos objectifs est d’informer les architectes en ces matières.

Former

Ces mêmes législations et réglementations impliquent d’en comprendre les tenants et aboutissants, à en mesurer les conséquences et à savoir en faire usage.

Par ailleurs, l’élévation de la qualité professionnelle des donneurs d’ordre et interlocuteurs de tous bords oblige les architectes à rehausser la qualité de leurs prestations et de leurs pratiques professionnelles.

Le deuxième objectif est de former les architectes afin qu’ils affrontent sereinement ces nouveaux défis.

Promouvoir

L’excellence de nombreux projets architecturaux et de jeunes talents est souvent méconnue, le monde de l’immobilier s’internationalise, l’importance de la qualité architecturale et de son impact culturel ne sont que trop peu connus. Ceci réclame réponse et promotion.

Notre troisième objectif est de promouvoir auprès de l’autorité publique et des maîtres d’ouvrage, tant sur le plan régional qu’international, l’apport de l’architecture et des architectes.

Soutenir les intérêts de ses membres

-    Sur le plan externe :

Les débats qui portent sur l’encadrement législatif et réglementaire de notre profession se tiennent, de manière générale, à l’abri de toute consultation ou participation des architectes.

Des concours et appels d’offres sont organisés en bafouant toutes les règles de respect du travail des architectes et de leurs obligations déontologiques.

-    Sur le plan interne :

Des prélèvements indécents en matière de cotisation, des sanctions disciplinaires à géométrie variable, des réformes coûteuses, une pléthore de mandataires sont  quelques unes des caractéristiques d’un Ordre qui conduit au mécontentement des architectes à son égard.

Notre quatrième objectif est d’être présent sur ces divers fronts afin de faire prévaloir les intérêts de nos membres.

La stratégie

Informer

Réinventer l’existant nous paraît absurde et dénué de sens. Dès lors nous privilégions une collaboration et/ou synergie avec l’une ou l’autre organisation existante en Région de Bruxelles-Capitale, telle que l’ABE.

Former

Tout comme pour l’information, nous sommes d’avis qu’il y a lieu de privilégier des collaborations sous réserve que les formations pratiques en matière de réglementations et prescriptions – nous songeons en particulier à la PEB - soient assumées par les premiers intéressés, à savoir les architectes. En matière de collaboration, nous songeons en particulier à l’IBGE et à l’ABE.

Pour les matières qui portent sur la pratique professionnelle et  la gestion d’un bureau d’architecture, nous songeons en particulier à développer des collaborations avec des structures établies en Région de Bruxelles-Capitale et liées au monde universitaire telles que l’ICHEC-pme- ou  Solvay-pme-.

Les formations destinées aux stagiaires architectes sont à développer dans une nouvelle structure à créer au niveau régional. Cette structure pourrait s’appuyer  sur une collaboration avec l’Ordre des Architectes.

Promouvoir

Le transfert récent du CIAUD (Centre d’information de l’architecture, de l’urbanisme et du design – e.a. éditeur de A+) vers la Maison Des Architectes où l’ARiB a son siège, permet d’envisager une collaboration avec cet organisme qui dispose d’une très large expérience en matière de communication et de diffusion de l’information professionnelle.

Parallèlement à cette démarche « média », il y a lieu de rechercher des collaborations avec les Ministères compétents sur le plan régional, ainsi qu’avec les organismes qui vont de pair tels que Bruxelles-Export et le BECI, afin de promouvoir notre profession tant au niveau local que sur les marchés à l’exportation, en rappelant tout son poids économique et son importance en matière de création d’emplois.

Soutenir les intérêts de ses membres

- Sur le plan externe :

La présence souhaitée de l’ARiB dans les débats qui portent sur les matières réglementaires implique qu’elle soit reconnue comme un interlocuteur privilégié. Pour ce faire des contacts seront pris avec les divers Ministères et administrations et une large communication sera organisée.

Un code de bonnes pratiques en matière de concours et d’appels d’offres ayant été promulgué par le précédent gouvernement, il nous appartient de promouvoir, si pas de surveiller, son application. Ce travail est cependant colossal et touche très souvent aux compétences du Conseil National de l’Ordre. Il importe donc que l’ARiB participe activement à cette démarche en collaboration avec les autres associations régionales.

À l’image des pratiques dans d’autres pays européens,  nous devons nous atteler à réclamer des rémunérations correctes pour  nos prestations et à faire bannir la valeur économique comme critère de sélection dans les marchés publics.

- Sur le plan interne :

Il nous appartient de jeter un regard critique sur les activités de l’Ordre et de son mode de fonctionnement, tout en privilégiant le dialogue, afin de le conduire à une jurisprudence cohérente, à une simplification de ses structures, à une réduction de ses coûts, ainsi qu’à une réforme qui prenne en considération les réalités régionales.
 

Les moyens

Il va sans dire que nos moyens actuels ne sont nullement à la mesure de nos ambitions, et que le paiement des cotisations ne pourra en aucune manière couvrir le programme envisagé.

Nous devrons donc veiller à rechercher d’autres sources de financement :

  • Services payants aux membres
  • Supports commerciaux structurels
  • Subsides régionaux sur base de projets – formation, promotion, etc
     

Conclusion

Le chantier est de taille, les défis sont majeurs et l’ambition est grande. Ce n’est donc qu’avec votre soutien actif que nous pourrons le mener à bien.

Entamons ce chantier car de nombreux confrères sont en attente d’un interlocuteur qui peut prendre en charge leurs préoccupations, prendre le relais de leurs aspirations et promouvoir leur excellence.

L'ARiB, Architects in Brussels, existe… Faisons en sorte qu’elle s’épanouisse en rappelant à tout un chacun que l'architecture est une expression de la culture et que la création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains ainsi que du patrimoine, sont d'intérêt public.

Pour ce faire il y a lieu de mettre en place les conditions nécessaires.

Philémon Wachtelaer
Président

Isidore Zielonka
Secrétaire

Eric Gillot
Trésorier

…+ tous les administrateurs

Documents: